Tout sur Francis Cabrel
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jerôme, notre conteur d'histoires...

Aller en bas 
AuteurMessage
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:06

Alors voici, on l'a dit, on le fait...un topic "Spécial histoires Jerôme" cheers
mais tout d'abord cv Laughing
-beau jeune homme brun
-la trentaine
-artiste préféré: Francis Cabrel
-passionné de guitares
-musique: blues
-loisirs: raconter des histoires!
-région: Auvergne


Dernière édition par le Ven 13 Juil à 12:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:12

Le jeu,

Le but du jeu, c’est, pour commencer, de ne pas se faire voir, enfin pas trop, parce que quand même ça nous met mal à l’aise dès fois.
Où que ce soit, dans la rue, dans un magasin, dans une salle d’attente, enfin partout, puisque justement, elles sont partout.
Normalement nous, nous somme assez fort à ce jeu là, enfin c’est ce qu’on croit…
Il faut dire aussi que c’est un exercice inné pour nous les hommes qui ne nous demande aucun effort. Au contraire, c’est comme un vieux réflexe, un instinct...

Ca va souvent très vite et pour cause, il faut être rapide pour saisir sur le fait, ces petits moments qui nous donnent à nous, tant de satisfaction. Ces clichés de leurs formes qu’on leur vole au passage et qui nous laisse tant rêveur…
Quand elles sont de dos et qu’elles marchent devant nous, c’est facile, et si en plus elles s’arrêtent et se penchent en avant pour moucher le nez de leur petit, alors… cadeau.

Quand elles arrivent de face, sur le même trottoir que nous, c’est déjà moins évident.
Parce qu’elles regardent, elles aussi. Elles regardent dans nos yeux, comme pour vérifier qu’elles sont regardées et de quelle manière. Mais au moment de les croiser, elles ont cette capacité à montrer une telle ignorance au point qu’on se demande parfois si nous, nous ne sommes pas un peu mazot.
Parfois, on peut tomber sur une qui maintien le regard et on a l’impression qu’elle nous dit tant de chose. Alors on sent tout à coup le cœur qui s’accélère mais hop c’est déjà fini, elle est passée…
Tout cela va très vite, peut-être 3 secondes en tout, guère plus.

Quand on arrive à l’accueil et que l’hôtesse qui nous renseigne a eu la délicieuse idée de mettre ce petit tee-shirt en coton simplement maintenu par deux petites bretelles qui lui entourent admirablement bien ses petites épaules, on se dit : chouette...
Alors on attend, béatement, forcément ce moment où elle va se pencher pour vérifier dans ses papiers, je ne sais quoi.
De toute façon, elle peut vérifier ce qu’elle veut, nous dire ce qu’elle voudra, rien n’y sert, on n’écoute déjà plus, obnubilé qu’on est par toutes ces belles choses qu'elle nous laisse, un trop court instant, savourer...
Et le temps qu’il nous faut pour redescendre sur terre, elle a déjà terminé l’explication, on a plus qu’à la regarder avec un sourire benêt, en lui disant :
« OK je vous remercie, bonne journée » et là on repart en se disant, « qu’est-ce qu’elle a dit déjà ? »

Ainsi on marche, et c’est un vrai plaisir d’avancer comme cela et d’aller de cadeau en cadeau. Aidés qu’on est par les tenues qu’elles portent, innocemment bien sûre, en cette saison qu’on appelle « chaude ».

Parfois, les choses se compliquent quand notre dulcinée tant aimée qui marche à nos côtés et dont on était pourtant sûre qu’elle n’avait rien compris à tout ce manège, nous lance d’un regard à nous fusiller net :

- Bon ben ça y est, tu l’as vue ! Hein c’est bon remet toi, elle est passée.
Alors on essai de prendre notre air le plus…comment dire, le plus con peut-être…?
- Hein ? de quoi ?
- Oh s’il te plaît ! De quouaaaa. tu crois que je te vois pas. Pfff, mon pauvre…

Mais il arrive parfois que le jeu nous agace quand même. Quand, à l’inverse, on regarde un peu autour et qu’on surprend, dans le regard d’un autre ces même yeux de chasseur qui se posent sur celle qu’on protège tant.
Là, on sent monter en nous, comme une envie de coller un pain à cet imposteur dont on connait tout de son petit jeu.
Alors, tant qu’à être de mauvaise fois, tout indigné qu’on est, on en profite pour faire remarquer à sa dulcinée, que quand même, elle pourrait faire attention à la façon dont elle s’habille.
C’est vrai, ce pantalon taille basse qui laisse osciller son nombril comme un pendule hypnotisant, admettons, mais il suffirait qu’elle se penche pour qu’apparaisse au bas de son dos quelques petits morceaux de fleurs en dentelle et tous les autres saurait alors qu’il est noir…
Déjà, en mettre un noir, alors que le pantalon est blanc, quand même, elle exagère.
Alors en repoussant tout au fond de nous ce vieux sentiment qui s’appelle "jalousie", on prend notre air le plus choqué, et on le lui fait remarqué. Et il n’est pas rare alors de voire se dessiner sur le coin de sa bouche, comme un petit sourire de satisfaction, à peine contenu.

Et c’est ainsi qu’elles passent, qu’elles tournent tout autour de nous, tous les jours et qu’on continue à les regarder, croyant ne pas être vu.
C’est le jeu.

Jérôme
_________________


Dernière édition par le Jeu 12 Juil à 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:15

Redescend !

Comme ça fait du bien d’être en week-end…On se lève plus tard, on déjeune en famille, on prend son temps et on ne sait même pas dire l’heure qu’il est.
Confortablement assis, en train de respirer l’odeur de mon café, j’imaginais ce que j’allais bien pouvoir faire de ma matinée. Prendre ma guitare (ça fait juste 3 mois que je dis qu’il faut que je change les cordes), sortir la moto (enfin juste la sortir du garage parce qu’à force de dire qu’il faut que je fasse charger la batterie…), ou alors pourquoi pas faire…

- "papa "
-" oui mon chéri "
- "c’est toi qui m’emmène au foot ? "
- " quoi ? ! ? »
- " ben oui, c’est samedi, j’ai un match…ben t’as pas l’air content… "
- "si ….ben si… on va y aller… "


Et nous voilà parti peu de temps après, juste le temps d’attraper mon MP3 au passage

- « vite mets tes chaussures, on est déjà en retard ! »
- « tu peux m’aider pour mes protèges-tibias, ils glissent »
- « oui, tiens-moi mon MP3 et le fais pas tomber »
- « tu sais, Samuel il dit que je joue trop perso quand je suis devant le but… »
- « oui ben monte dans la voiture en attendant »


ça y est, ça joue. Mon petit se débrouille bien, c’est rigolo de les voir jouer ces mômes, mais enfin ces matchs le week-end et surtout le samedi matin…pas terrible.
Bon, en attendant, comme je vais passer deux heures à me les geler, je m’autorise un peu de musique et je sors mon MP3. Je mets les écouteurs, j’appuis sur le bouton :

Elle était déjà là bien avant…non pas celle-là
Pour elle, le pas des ballerines…non plus
Mon enfant nu sur les galets…non pas envie

Il me faut un truc plus…Ah ! celle là !
On croyait savoir tout sur l’amour depuis toujours…
Nos corps par cœur et nos cœurs au chaud dans le velours…
Et puis te voilà…
Ca y est, je suis sur scène avec Francis, je l’ai enfin rencontré et il a accepté que je chante Sarbacane.
Il me regarde, ça va être à moi de chanter le prochain couplet, j’ai le trac même si je connais sa chanson par cœur même si les accords à la guitare sont faciles…attention c’est à moi :
Les hommes poursuivent ce temps qui court depuis toujours…
T’arrive et voilà que tout s’éclaire sur mon parcours…
Francis me regarde, il me sourit, ça à l’air de lui convenir et tant mieux parce que je suis le plus heureux des hommes. Faut pas que je me déconcentre, il m’a demandé de faire le solo aussi, Denys Lable est pas là, Eric Sauviat m’a dit « vas-y fais toi plaisir »
Alors je me lance dans le solo, ça fait des années que je monte et descend mes gammes de blues pentatonique, je peux pas me planter c’est pas possible. Faut juste que je pense à m’arrêter quand il le faut. Je me tourne un peu vers Denis Benaroche qui me fait signe que c’est la prochaine mesure que je passe la main, Bernard Paganoti me rassure d’un sourire. Hop et c’est Francis qui reprend au chant
Pas besoin de phrase ni de long discours…
Ca change tout dedans ça change tout autour…
Alors te voilà…

Super, génial j’en ai presque les larmes aux yeux, je chante avec Francis, il se tourne encore, me regarde me fait signe d’un sourire pour que je reprenne le refrain avec lui. Tout baigne…
On est synchro. Je regarde une peu ma main gauche histoire de pas poser mes doigts à côté de l’accord, j’ai vraiment pas envie d’en faire une aujourd’hui et…
Qui c’est qui me tire par la manche là ! P….., ça va me faire louper le Mi mineur..

- "Papa ! "
- "Hein ? "
- "Papa !"
J’enlève mes écouteurs : oui mon chéri ben crie pas !
-"T’as vu ! j’ai fait la passe à Bertrand mais il a pas marqué, j’aurai du garder le ballon et tirer, la prochaine fois hein moi c’est perso et puis c’est tout. Faut pas pousser, je lui fait une passe, il est devant le but là ! il la loupe !"
- "Oui ben calme toi c’est pas grave ! c’était bien joué quand même hein !"
- "Oui oh ben t’a rien vu, tout le monde te regarde là, on dirait que tu danses ! Tu fais quoi tu me regardes ou pas ?"

Redescend ! "
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme
Qu'est ce que t'en dis ?
avatar

Nombre de messages : 309
Age : 43
Localisation : dans un petit village d'Auvergne
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:18

oh mais c'est pas vrai mais qu'est-ce qu'elle fait là !
affraid Arrêtes ! stop ! pas la fofo nan ! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/aurelorine
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:19

juste un petit délire...qui se passe de commentaire mais ça m'a pris comme ça (désolé, en plus c'est ma chanson préférée)






Très drôle… ça vous amuse ?...


- Allo ?

- Oui Allo, France-Télécom bonjour, Sandrine à votre service…

- Oui bonjour, je voudrai le numéro de téléphone de madame LABEL, je vous donne son prénom aussi : DEBBIE

- Oui, dans quelle localité Monsieur ?

- BOUDUNBON. LABEL DEBBIE de BOUDUNBON.

- BOUDUNBON ?? dans quel département s’il vous plaît ?

- Je ne sais pas trop…essayez le 47

- Un moment s’il vous plaît…non je n’ai rien, je n’ai pas cette localité

- Ah ! essayez MEBOUDAT alors

- MEBOUDAT ?? toujours dans le 47 ?

- Oui parce qu’au tout début elle habitait MEBOUDAT enfin apparemment….

- Un moment s’il vous plaît…non je n’ai rien…vous êtes sûre de vos informations Monsieur parce que…

- Oui oui euh…si vous pouvez essayer Monsieur DEBONTON, dans ce cas, à MEBOUDAT alors…parce qu’elle a trouvé un Monsieur qui s’appelle Monsieur DEBONTON et peut-être qu’il se sont mariés et…

- Bon un moment…non je n’ai rien du tout…Je n’ai même pas de Madame LABEL dans le 47, écoutez vous êtes sûre de …

- Ben attendez, ne quittez pas mademoiselle je vais vous faire écouter :

LABEL DEBBIE de BOUDUNBON
au tout début MEBOUDAT
puis elle trouva DEBONTON que…

- Très drôle… ça vous amuse ? bon je vous laisse Monsieur à bientôt sur nos services…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:22

Les balles en mousse...


Cela faisait déjà plusieurs fois que je regardais par la fenêtre mon fils qui jouait dehors avec une raquette de tennis. J’étais plutôt content de constater que, quoiqu’on en dise, les enfants savent encore jouer dehors à des jeux simples.
C’est ce type de raquette, vous savez, que l’on prend pour jouer l’été dehors, tout en plastique, noir et qui se jouent avec… une balle en mousse.
Le problème c’est que le petit s’appliquait à prendre la raquette pour taper…dans des cailloux qu’il ramassait par terre. J’ouvre donc la fenêtre et pour la quarantième fois :

-Arrête de taper dans des cailloux tu vas me casser un carreau ! ça se joue avec une balle en mousse.


Et là il me répond :

-Oui, mais elle est fichue. Regarde !

Et je le vois prendre du bout de ses petits doigts, un morceau de quelque chose, jaune, qui devait être il y a bien longtemps… une balle en mousse.

-C’est vrai que c’est pas terrible, me dis-je

Je décide donc d’aller faire un tour chez Carrouf (pour ne pas citer le nom).
J’aime bien faire un tour comme ça, parce que je me promène, je vais voir les dernières nouveautés en CD et avec un peu de chance, il y a possibilité d’écouter avec les casques audio, en démonstration, autre chose que la dernière compil’ techno de l’été. Bref…
En plus, dans le cas présent, j’avais même le sentiment d’être un bon père, que demander de plus, je fonce à Carrouf…

Une fois en plein milieu de ce temple de la consommation, essayez de m’imaginer, complètement perdu, en train de réfléchir à l’endroit où ils ont bien pu mettre…les balles en mousse.
D’autant plus que, mesdames vous nous le dites assez, les hommes ne trouvent jamais rien.
J’allais donc abandonner quand tout à coup, il me revient à l’esprit l’image de mon fiston jouant avec ses raquettes et…ses cailloux et vous voyez, comme des fois il faut persévérer et ne pas baisser les bras : là, juste devant moi, comme dans un rêve alors que j’avais failli tout abandonner….une magnifique vendeuse.

Elle avançait vers moi, comme au ralenti, elle semblait glisser sur le sol, et pour cause, elle était sur des rollers. Et oui, vous savez, cela arrive parfois d’en apercevoir dans ces grandes surfaces, elles filent à travers les rayons comme des petites fusées, sûrement pour aller plus vite (dans ce monde où, au travail, il faut aller de plus en plus vite…).

-S’il vous plaît !

Et là, dans un mouvement circulaire magnifique, elle s’arrête les cheveux longs toujours en mouvement…

-oui ?

-euh… bonjour, voilà je cherche… enfin il me faudrait…une balle en mousse…

Et là, j’ai dû réaliser l’absurdité de ma question.
Cette ravissante personne, qui n’avait pas forcément le temps, qui n’était pas vraiment là pour donner ce type de renseignement et qui passait le plus clair de son temps à aller peser en vitesse les courgettes que les imbéciles comme moi oubliaient de peser…était en face d’un ahuri qui lui demandait …où sont les balles en mousse.
Ah !… je vous vois déjà en train de secouer la tête…
et ben non, au contraire, à mon grand étonnement :

-oui suivez-moi…

(ah ! ah ! et toc pour vous)

Je la suis donc, et là, je demande aux filles de passer directement au paragraphe d’après, l’épisode qui suit étant plutôt pour les garçons. Merci d’avance, je vous fait confiance.
Elle était devant moi, en train de balancer, doucement pour m’attendre, d’une jambe sur l’autre, dans son long fuseau noir et son tee-shirt blanc aux couleur de l’enseigne.
Mon dieu, j’avais jamais prêté attention aux pantalons noirs…mais là…c’est vrai que dès qu’il y a quelqu’un dedans, ça change tout.
Elle aurait pu m’emmener comme ça n’importe où, j’aurais pu me retrouver à l’extérieur du magasin, je n’aurai rien vu. Rien d’autre qu’elle, avec ses longs cheveux et ses longues jambes.
Quand elle balançait à droite, sa longue chevelure balançait à gauche…et comme elle était grande, du fait de ses rollers, j’avais, juste au niveau de mon regard, comme des formes qui ondulaient au rythmes de ses balancements.


Bref, moi si je suis là c’est pour mon fils en attendant. Qu’est-ce que vous croyez ? Il joue avec des cailloux lui…alors arrêtez et suivez un peu .

Et là, elle pivote comme elle sait si bien le faire et elle me dit :

-Voilà c’est là !

Je regarde autour de moi et je suis surpris de me retrouver dans le rayon des salles de bains, enfin accessoires bain appelez ça comme vous voulez…
Je la regarde :

-mais…où ?

-ben là, devant vous en bas…


Je baisse la tête et là, je vois qu’elle me désigne du bout de sa longue jambe des balances. Oui, des balances !

Et là mes amis, je réalise que cette ravissante beauté et moi-même, ne nous sommes pas compris du tout…en effet,
En lui disant tout à l’heure, « …je cherche les balles en mousse » elle avait compris elle, « …je cherche les balances… » ! ! phonétiquement parlant essayez, c’est très proche.

Mais je n’ai pas le temps de réagir elle se baisse et me dit :

-voilà, vous avez les deux modèles : avec les aiguilles et avec les chiffres digitales.

Je dois vous l’avouer, je n’osais pas lui dire qu’il y avait un gros malentendu
ou un mal-prononcé de ma part…
Je regarde la balance :

-OK, ben merci…je vais regarder…

Et visiblement, elle devait être assez contente d’échapper aux traditionnelles courgettes car elle se redresse et me donne plus d’explications :

-Celle qui est digital est mieux… pour allumer c’est simple : vous appuyez sur le dessus de la balance comme ça …

Et là, elle tend sa longue jambe noire et avec la roulette du roller…clic !
Miracle de la technologie, deux beaux zéro s’affichent en rouge sur le petit écran noir.
Qu’est-ce qu’elle est bien fichue…(la balance hein bien sûre)

-OK … ben je vais prendre celle là alors…

-Voilà, bonne journée.

Et elle disparaît à travers les rayons.


Je repars avec ma balance sous le bras et là je me dis mais qu’est-ce que t’es c..
Tu vas me reposer ça en vitesse et tu rentres.
Tellement envie de partir d’ici vite, je m’engouffre dans un rayon au hasard, quitte à balancer la balance au rayon du thon en boîte…
Je tourne, je vire, un coup à gauche, à droite et là au moment où j’allais me débarrasser de mon fardeau au milieu du rayon bricolage, devinez qui je recroise ? ? Si …

Elle me dit :

-Ah je sais…j’ai deviné…me dit-elle en me regardant dans les yeux…les piles ?

-Heu… oui…

-Cherchez pas, y’en a à la caisse en repartant, c’est des LR6 qu’il faut. Bonne journée.

-Merci, de même

Et je suis reparti avec ma balance et j’ai eu tellement peur qu’elle soit encore derrière moi quand j’ai mis mon article sur le tapi que j’ai pris aussi un paquet de pile (LR6 bien sûre…)

Je vais m’arrêter là, j’ai déjà était trop long, je pourrai aussi vous raconter qu’il a fallu que je j’explique à ma femme pourquoi j’arrivais avec une balance à la maison toute neuve.


En attendant …





toujours pas de balles en mousse.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:29

Je préfère Télecaster…




Cher Monsieur Francis,

L’autre jour, j’écoutais votre superbe album les bodegas dans ma voiture. Il faisait beau, le paysage défilait agréablement, et les petits à l’arrière dormaient paisiblement, bien calés dans leur siège-auto. Quand tout à coup m’a femme me dit :

- tiens, mets la n°8, j’aime bien…
Ce qui correspond sur votre album à la chanson « elles nous regardent »…
Etant donné qu’on venait d’écouter la n°5, ma préférée, « Télécaster » (superbe ! j’adore autant le modèle de guitare que la chanson), je me dis que je pouvais bien faire ce petit plaisir à ma bien-aimée en lui faisant écouter la sienne.

Je sélectionne donc la chanson « elles nous regardent »

Au début, j’aime bien : cette intro à la guitare, tout en picking, ça me rappelle le blues un peu ragtime ( pas facile à faire me disais-je). Ma femme, elle, est plutôt sensible au texte en fait.
C’est bien là le problème…

Ainsi, la chanson défile, tranquillement,

…Saura-t-on jamais ce qu'elles pensent
D'en haut de leurs belles patiences…

et tout ce passe bien jusqu'à :

…Des benêts ...
Abonnés aux bonnes manières comme…

Et là je vois se dessiner sur les lèvres de ma petite femme comme un sourire entendu. Un peu comme si elle était contente de quelque chose… C’est pas facile à expliquer mais j’aime pas trop quand elle fait cette mine en fait…mauvais présage.
Et la suite donna raison à mon inquiétude.

… Les anniversaires fantômes…

Et là, elle me dit :
- Ah ben ça c’est clair ! mon dernier anniversaire à pas dû te coûter cher.
Comme ma fête d’ailleurs.
Par contre, si j’oublie le tien, alors là Monsieur, attention.
- Je te l’ai fêté ton anniversaire mon p’tit châton.
C’est comme cela que j’appelle ma femme (enfin surtout dans ces moments là, pour être franc).
- c’est sûre, avec trois jours de retard parce que ta mère t’a téléphoné sur ton portable… lamentable.

Et là, ça aurait pu s’arrêter mais :

…Des lointains, des touristes
Inconnus chez le fleuriste…
- ah ben tu m’étonnes ! J’arrive même pas à me rappeler la dernière fois que tu m’a offert des fleurs...sans commentaire


…Nous, les bobos qui chagrinent
Nous, nos corps à la médecine
Pour une piqûre, une écharde…

Là, elle a rien dit, mais elle a sourit. C’est pire !
Elle a un certain sourire dans ces moments là, qui arrive à m’énerver mais à m’énerver…bref.


…Mais nous, jamais dans les cuisines
Nous, confondre vaisselle fine
Avec les verres à moutarde…

- Ah ça ! ça me rappelle mon plat à gâteau que j’avais eu en cadeau…t’ as jamais compris qu’on grattait pas un plat en téflon sinon il était fichu…on laisse tremper… mais toi non !


Moi je pensais que la chanson… cette fois-ci … allait se terminer quoi…mais non pas tout à fait. Vous ne m’avez même pas fait cette fleur…et justement, à ce moment là dans ma voiture vous avez dit :

…Abonnés aux bonnes manières comme
Se garer sur les géraniums…

- Ah pi ça aussi !
- Attends, je me suis jamais garé sur les géraniums, on a même pas de géranium…
- Oh nooon ! c’est pas sur les géraniums c’est sur mes Iris, c’est sûre c’est complètement différent.
- C’est sûre, toi tu te gares jamais tu te poses là et puis voilà, je me suis pas garé dessus d’abord, c’est quand j’ai reculé…


C’est vrai quoi, Monsieur Francis, vous dites pas dans la chanson :

…Abonnés aux bonnes manières comme
Reculer sur les iris…

Alors faut pas tout mélanger, je me suis pas garé sur ses géraniums, c’est tout.
Oui mais voilà pour elle c’est pareil… Soit disant que si vous dites ça dans la chanson, pour faire une image et puis d’après elle c’est plus poétique. Bon admettons.

Je vous en veux pas, c’est la preuve qu’on a dû traverser un peu les mêmes "beaux dégats" mais je voulais juste vous dire :



Je préfère TELECASTER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:33

"Maman ! allez on va chez Mac Do ! allez maman ! "

Et en revenant du Mac Do, quand tu remonteras dans ta voiture, tu te diras :
"Ah enfin un moment de calme..."
tu feras tourner la petite molette de la commande du lecteur CD (je sais pas si tu as un lecteur CD dans ta voiture mais y'a une molette bref...) et tu selectionneras la chanson n°3, ça s'affichera "Track 3". (c'est comme ça).
Et là, ça fera :

"Elle était déjà là bien avant...que les camions ne viennent"
- "Maman..."
- Quoi ?
Elle tournait comme une enfant ...
- "Maman !"
- "Oui ! je t'écoute !"
- "Nan tu m'écoutes même pas d'abord"
C'était facile de lui parler...On a échangé quelques mooots
"si ! je t'écoute allez vite, dis qu'est -ce qu'il y a"
...pour qu'elle puisse entrer et voir le showwww
- "Est-ce que les gens qui travaillent au Mac Do et ben y connaissent le clown ?"
...Tes yeux m'éclairent, de t'avoir eu un instant...
- "Quoi?? bon écoute, pose ta tête et fait dodo maintenant. Maman elle est fatiguée...tiens écoute la belle chanson."
...tout c'qu'il me reste à présent, l'envie de tout foutre en l'air...
- "Ben moi je voudrai mieux que tu mettes mon CD de Dragon Ball que la dame qui connait le clown de Mac Do m'a donné"

et là fatalement, tu finiras par appuyer sur "eject" et le petit "Dragon Ball" virera "Rosie"

Quelques années plus tard, (vers 7-8 ans) il s'interressera d'avantage aux mots. C'est bien, mais c'est encore pas le top pour écouter vraiment en paix. Disons qu'il apprend du vocabulaire mais ça te coupe un peu ton effet dans la chanson quand même.
Moi le mien a bientôt 8 ans ça donne ça :

"...j'ai rapproché les coussins, j'ai mis quelques fleurs autour..."
etc ...
Papa c'est quoi un "écrin"
ben c'est du tissu
...avec du mauvais velours
- C'est quoi du velours ?
- du tissu aussi
- c'est quoi un abajour ?
- écoute la chanson en entier d'abord ok mon chéri ?

et à la fin de la chanson :

- "papa"
- "quoi?"
- "ben moi, je sais pourquoi y veulent se cacher dans un coin hi hi hi hi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:36

Moi aussi, les films d'horreur j'évite(attention, si vous êtes une femme, ne pas lire ce post, merci)


Moi j'en ai vu un quand j'étais un peu plus jeune avec une copine et je ne referai plus. Je dors très mal après...
Parce que une fois au lit, après le film, c'est :

- "t'as entendu le bruit"
- "non, y'a pas de bruit"
- "Si, ça a craqué"
- "mais non..."

Quelques instant plutard...

-"Ah et là ! t'as entendu ? on dirait que c'est au sous-sol"
- "Rien entendu... allez dors"
- "tu veux pas allez voir ?"
- "non, y'a pas de bruit je te dis"
- "bon ben je vais aux WC"
- "oui ben vas-y"


Et là, pour y aller, elle a allumé toutes les lumières ! A commencer par celle de la chambre (150 Watts).
Ca, c'est un truc important : dans une chambre, mettez une ampoule pas trop forte parce que si elle a regardé un film d'horreur avant, ça vous fait mal aux yeux après...
Je veux pas vous faire un plan de mon appart à cette époque, mais c'était très simple pour aller aux WC. Vraiment très simple. Il faut même préciser que sans allumer aucune lumière, on y arrivait très bien. (ce qu'elle faisait d'ailleurs habituellement).

Mais là, non. Toutes les lumières y sont passées. La chambre, le couloir, le hall d'entrée, la lumière de la cuisine et enfin les WC (où elle s'était enfermée à double tour, dès fois que...).

Et tout ça bien sûre, en courant !

une fois de retour au lit...
-"oh ben j'ai oublié les lumières.pffff.Tu veux pas y aller toi"
-"naan je dors..."

Elle y va...
et là, je me lève en douce, je me cache dans le recoin du couloir, (y'a un recoin hein, faudrait voir sur le plan mais y'a un recoin). Et j'attend qu'elle repasse et là, au moment où elle arrive...




BAAAAA !


après ça, je vous épargne le reste de la nuit...pas vraiment terrible...


alors moi aussi, j'évite les films d'horreur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:40

Vous avez tous tout faux !
JE possède un enregistrement audio de la conversation lorsque Francis a eu sa première guitare.
Je vous la retransmet :

- Bonjour tonton
- Salut mon petit, ça va ?
- oui
- Qu'est-ce que tu fais ?
- Bof rien, je m'ennuie un peu...je me promène sur les chemins de traverse toute façon, demain, je referai ma ville, je préfère les murs de -poussière, question d'équilibre quoi...

Le tonton perplexe :
mais qu'est-ce qu'il raconte ce petit ?

- Tiens je t'ai fait un cadeau...
- C'est quoi ? ...oh une guitare ! ah.ouais....c'est à dire que...une 12 cordes...
- Quoi ? t'as pas l'air content...
- Ben j'aurai préféré une autre quoi....
- Une autre ?
- Ouais une télécaster ça s'appelle.
- une quoi ? ? ? Ecoute gualinette (ça devait être son surnom je présume) commence déjà avec ça hein on vera après...toute façon, ça te suffit comme guitare, tu vas quand même pas en faire ton métier hein ! ah ah

et le tonton s'éloigna en riant.
Se dirigeant vers la sortie, en passant devant la porte, il tourna la tête puis il ajouta :

- C'est qui cette petite là qui se cache comme ça ?

Le jeune Francis sentit qui rougissait mais il répondit quand même :

- Elle s'appelle mariette...

DONC : J'ai la preuve que la première guitare de FC est une 12 cordes offerte par son oncle. ET TOC d'abord.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Jeu 12 Juil à 23:43

Pitou, la souris à Astaffort

Ouais, c'est vrai franchement t'as pas peur Pitou...C'est quand même vachement risqué. Imagine le truc :
tac ! tu es transformé en souris. Après faut quand même tu as arrives jusqu'à Astaffort, tu ne vas pas me faire croire que tu vas prendre le train, puis un taxi tout ça transformé en souris et sans te faire remarquer. Non, ton truc c'est pas possible !

Bon maintenant imaginons… tu y vas en voiture, et une fois arrivé devant chez Francis, là tu te transformes en souris. C'est déjà plus malin...Bon mais après faut que tu trouves l'endroit précis, le studio quoi.
Bon admettons, tu te repères au bruit. Tu te diriges donc en courant sur tes 4 petites pattes vers le studio. Tu arrives dans cette grande pièce avec ces poutres au plafond qui te paraissent énormes. Les lames du parquet sont pour toi comme une grande autoroute. Tu longes le mur et tu avance en trottinant. Et là tu sens un truc qui te donne faim, mais faim, comme si c'était un gros morceau de gâteau…Tu avances encore un peu, et tombes nez à nez avec un bon gros morceau de fromage. Tu as une envie folle de croquer dedans avec tes petites dents de devant mais tu te ressaisis et tu te dis :
« non mais attend, ils me prennent pour un blaireau ou quoi ? Ils croient que je vais me faire niquer ma petite gueule de souris alors que moi je suis venu voir comment Francis enregistre ? »
Et tu passes ton chemin. En dépassant la tapette, tu regardes quand même ce mécanisme diabolique que l’homme a inventé sans pitié pour ces pauvres petites bêtes.
Tu trottines ainsi en direction des silhouettes que tu commences à distinguer au loin. Pff… que c’est long, c’est quand même à plusieurs centaines de centimètres…
Mais tu es motivé et tu te surprends même à trottiner au rythme de la musique. Yes ! Ca te plaît déjà !
Mais tout à coup, tu tombes nez à nez avec un chat. Un gros matou qui, apparemment n’a pas l’intention de te laisser ta chance. Tu essais pourtant de négocier :
- « non écoute, déconne pas, je suis juste venu voir l’enregistrement là, tu peux pas me faire ça…je t’en supplie »
Le chat te répond et ça ne te rassure pas vraiment : « Et qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? Mm ? »
- « Ecoute le chat, normalement, je suis pas une souris, je suis un homme. Mais là, je me suis transformé pour passer inaperçu et aller écouter Francis. Si tu me chier, le matou, je me retransforme en homme. Je vais me faire repérer c’est clair mais tu vas passer un sale quart d’heure OK ? »
- « Alors celle-là, on me l’avait jamais faite ! Toi tu me fais rire, je suis plié, sacré mulot va ! »
- « Souris ! STP, je me suis transformé en souris, pas en mulot ! »
- « Ah oui c’est vrai, tu t’es transformé ! oh putain, on aura tout vu ! »

Alors que le chat rigole, d’un seul coup tu fonces droit sur le mur et tu grimpes de toutes tes forces. Tu es très étonné de voir que tu arrives à avancer sur un mur, à la verticale, et en attendant ça te sauve.
Le chat surpris et touché dans son orgueil de matou, essai de te transpercer d’un coup de patte, mais en vain. Tu entends siffler sa griffe au passage, ouf c’était juste...
Tu te retournes et regarde le chat. « Alors la miaulette ! tu t’es fait eu on dirait ?! » et tu continu à monter le long de ce mur en pierre.
Arrivé en haut tu t’étonnes toi-même. Trop facile de grimper au mur ! Bon maintenant faut pas tomber…
Tu longes ces poutres sinueuses, à force d’avancer tu te trouve maintenant au dessus, juste au dessus d’eux. Génial !
Mais c’est alors que tu entends :
- « Salut toi… »
Tu te retournes et tu vois une magnifique souris qui te souris. Disons-le franchement, c’est un canon…
Elle continue de te parler :
- Je t’ai vu tout à l’heure avec le chat…pas mal ! Monsieur s’en est bien tiré.
- Ouais mais heu…
- Tu vas où comme ça ?
- Ben là je…
- Je t’ai jamais vu par ici ?

Elle s’approche de quelque millimètres :
- et c’est bien dommage parce que t’es bien mignon…
- Ouais mais là, je suis pressé et…
- On pourrait aller se balader ensemble non ?
- Ecoutes, là je peux pas trop hein , j’ai un truc de prévu d’accord ?...
- OK ! alors si Monsieur a quelque chose de prévu ! pauvre mulot va !

Tu ne réponds même pas à cette insulte suprême pour une souris. La Miss vexée te tourne le dos et s’en va en trottinant. Et là quand même, tu ne peux pas t’empêcher de regarder sa silhouette plutôt bien dessinée. Et là, dans un moment d’inattention , tu glisses… tu glisses et hop c’est la chute ! Une chute lente qui te paraît durer des heures.
Et PONG ! tu tombes sur quelque chose de pas très dure heureusement qui te fait rebondir et tu te retrouves sur le sol. Ce qui te paraît bizarre c’est que ton impact a vraiment fait un bruit qui a raisonné comme un bruit de…comment dire... Tu lèves la tête et : Oh bon sang ! c’est pas vrai, je suis tombé sur la caisse claire de la batterie de Denis Benaroche.
Tout à coup, tu entends une voix que tu connais bien : c’est Francis :

- Attend attend Denis, là y’a eu quelque chose…Tu m’as fait un coup de caisse claire en trop là…
La musique s’arrête. Denis fronce les sourcil regarde sa caisse claire :
- Ben ouais j’ai entendu moi aussi mais pourtant je comprend pas…j’ai pas donné de coup là…
Gérard Bikialo répond :
- Ah c’est pas moi qui suis venu taper sur ta caisse claire…
- Moi non plus, dit Eric Sauviat en souriant, trop loin…
- C’est bon les mecs, ça va hein…Non mais là je t’assure je comprend pas.
- Pas grave…dis Francis, on la refait ?
- Ouais, tu essais de faire attention Denis hein, dis Gérard d’un ton provocateur
- Ouais, fais gaffe… renchérit Eric
- Mais je te dis que j’ai rien fait !
- Bon…ça y est les enfants ? on y va ? dis Francis
- Ben moi je vais prendre un café ! dis Denis
- Ouais, fais une pause hein répond Gérard en riant, on reprendra après…
- Bon alors au café dis Francis tranquillement.
Et là tu te morfonds, dans ton coin et tu te dis : « Oh j’ai mis le bordel là je crois. Je préfère m’en aller tiens ».



Suite au prochain épisode…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Ven 13 Juil à 0:24

Jérôme a écrit:

Arrêtes ! stop ! pas la fofo nan !

serieux?...pas la fofo? t'es tout mignon dessus. cheers

je l'ai reduit.. Laughing t'es tout petit mainnant.... Mr. Green
tu sais que c'est toi qui l'as posté cette fofo ...? rabbit je ne suis pas un paparazzi clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noisette
Modérateur : staff du forum
avatar

Nombre de messages : 991
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/02/2006

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Ven 13 Juil à 11:08

tiens, je ne connaissais pas l'histoire de la 12 cordes! c'était sur quel topic? seul mini défaut: beaucoup trop courte celle-ci! Very Happy

_________________
"puisqu'on vit dans les creux d'un rêve..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Ven 13 Juil à 12:30

je te recherche ça Noisette... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Ven 13 Juil à 18:06

Noisette a écrit:
tiens, je ne connaissais pas l'histoire de la 12 cordes! c'était sur quel topic? seul mini défaut: beaucoup trop courte celle-ci! Very Happy
je viens de trouver, c'est dans "Quizz spécial Francis" Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sébou
Je reviens bientôt
avatar

Nombre de messages : 88
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Sam 14 Juil à 12:15

Quel talent !! J'ai une préférence pour la balle en mousse car la description de la rolleuse hummmmmmmmm....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pitou
Dormir debout
avatar

Nombre de messages : 1167
Age : 49
Localisation : Lille
Date d'inscription : 06/03/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Sam 14 Juil à 14:37

Bravo Jérôme pour ce florilège, c'est encore plus impressionant de les lire les unes aprés les autres....Sûr que tu dois avoir planqué des chansons puisque tu es aussi musiciens et qu'au niveau des textes, tu nous a démontré que tu assures...A quoi ton Myspace avec tes compositions? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Dim 15 Juil à 22:55

Bon alors la suite...

Episode 2 : la petite souris à Astaffort…


Pendant que nos amis musiciens boivent le café avec Francis, notre petite souris se demande dans quel endroit elle peut bien se loger pour apprécier ce merveilleux spectacle.
Quelle chance quand même de pouvoir assister à cet enregistrement, pense-t-elle.
Bon nombre de passionnés rêveraient d’être à ma place… Enfin, il faut admettre quand même que ce n’est pas si simple non plus pense la petite souris... J’ai bien risqué finir écrasé par cette machine infernale qui se dressait devant moi ou entre les dents de ce matou sans pitié.
En attendant il me faut trouver un coin peinard…voyons voyons… tiens là ça me paraît bien.
A force de se faufiler entre les pieds métalliques de cette énorme batterie, notre souris finit par se retrouver dans un endroit qui semble lui convenir.

- Mouais, c’est bien comme ça, se dit-être, c’est spacieux, je vois tout le monde, c’est fermé, là, je me sens en sécurité en plus.
C’est alors que nos amis reviennent s’installer tranquillement dans ce studio qui ressemble plus à un grand salon qu’à un endroit pour travailler. C’est vrai que tous ces tapis sur le sol, ce bois sinueux, ce parquet qui laisse apparaître toutes ses veines, inspire une certaine sérénité. Les musiciens s’installent et la musique commence. Subitement, notre petite souris se trouve propulsée en l’air dans un énorme son sourd et grave.
A chaque Boum, elle décolle de quelques centimètres et le bruit est assourdissant. Pendant qu’elle saute comme ça, de façon régulière, elle se retourne alors qu’elle est dans les airs et aperçoit comme un énorme marteau qui vient taper sur une sorte de vitre transparente. A chaque fois que ce marteau vient s’écraser sur cette surface, notre souris sursaute. Elle finit par s’apercevoir que ce marteau frénétique est actionné par une grosse pédale, elle-même sous l’action du pied de ….Denis Benaroche.
- Oh non, fait-elle, d’un air désespéré, je suis dans la grosse caisse ! C’est pas vrai, faut absolument que je sorte de là…c’est infernal.

La voilà qui trottine de toute ses pattes (4 pour une souris, je vous le rappelle). Elle trouve alors refuge au pied du piano noir et pour être certaine qu’on ne puisse l’apercevoir, elle grimpe le long du pied et bascule finalement dans l’entre de l’instrument.
Pensant être enfin en sécurité elle s’installe dans cet endroit frais et contemple de magnifiques cordes tendues comme si elle se trouvait devant une immense harpe. Elle décide de traverser pour joindre le côté opposé et se retrouve en équilibre, ces petites pates agrippant les cordes. Tout à coup, dans une musique qui raisonne comme dans une cathédrale, elle voit se dresser d’immenses marteaux qui viennent taper de façon aléatoire sur ces cordes tendues qui raisonnent.

- Oh c’est pas vrai, ici aussi !
Elle fait donc demi-tour mais par malchance, l’un des marteaux lui heurte l’arrière train et un son bizarre retentit. La musique et le mécanisme s’arrêtent. Elle en profite pour filer et alors qu’elle se hisse vers la sortie, elle entend.
- Là, y’a eu quelque chose Gérard…dit Francis tranquillement
- Ben ouais j’ai entendu aussi mais je comprends pas trop là, répond ce dernier, en regardant étonné les touches de son clavier.
- Ah ben ça, c’est pas de chance alors ! dit Denis Benaroche d’un ton jovial
- Non mais sérieux, y’a un truc là, je ne comprends pas…
- Ah ben c’est grave… faut rester concentré hein Gérard ?...dis Denis, fatigué peut-être… ?
- Bon, vous me refaite pas le coup du café hein ? dit Francis, on reprend ?

Et la musique repart en même temps que notre petite souris qui, pendant ce temps, a rejoint le sol et trottine à nouveau sur ce parquet qui s’offre à elle.
- Cette fois-ci, je trace vers Francis et je bouge plus !
Mais alors qu’elle s’apprête à tourner sur la gauche pour rejoindre la cabine du chanteur, elle tombe nez à nez avec une vieille connaissance…
- Alors le mulot… ? toujours en ballade ? t’es encore transformé là, dit le chat, d’un ton ironique…
C’est pas vrai, manquait plus que lui se dit-elle terrorisée. Cette fois-ci, je suis vraiment coincée constate-t-elle, en remarquant qu’elle fait face à ce chat en tournant le dos au mur. Ce mur qui lui avait pourtant permis d’échapper à cet être abominable. Alors que le chat, commence à prendre son élan, notre petite souris préfère fermer les yeux pour ne pas voir la fin terrifiante qui lui est promise. Mais alors à son grand étonnement elle entend :
- Qu’est ce que tu fais là toi Mmm ? Le matou ?
Elle ouvre les yeux et constate avec soulagement que son ennemi le chat est perché à plusieurs centaines de centimètres dans les bras de…Elle écarquille les yeux, mais oui ! c’est bien lui…c’est bien Francis qui tient dans ces bras ce chat tant redouté.
- Si tu nous laissais un peu le chat Mmm ? tu irais pas faire un tour dehors là ?
Oh si ! pense la petite souris, fiche le dehors celui-là, ça va me faire des vacances…
- Allez, va vite…Il se dirige vers l’extérieur, portant ce chat, qui aperçoit par-dessus l’épaule de Francis, la petite souris qui lui fait un « au revoir » moqueur en agitant sa petite patte…



Suite au prochain épisode…


(et je n’écris rien ce week-end compris ? faut que je passe la tondeuse, et tout et tout)
Bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ann
Dormir debout
avatar

Nombre de messages : 1133
Age : 56
Localisation : ville de Québec
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Lun 16 Juil à 4:34

cheers bonne initiative Sam et bravo à toi Jérôme Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme
Qu'est ce que t'en dis ?
avatar

Nombre de messages : 309
Age : 43
Localisation : dans un petit village d'Auvergne
Date d'inscription : 28/03/2006

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Mar 4 Sep à 0:11

Salut ! je vous laisse l'adresse de mon myspace que c'est moi qui l'est fait comme un grand tout seul pour faire comme les grands.


http://www.myspace.com/aurelorine

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/aurelorine
samedisoir
Loin devant
avatar

Nombre de messages : 3236
Age : 87
Localisation : Les chemins de traverse _ TOULOUSE 31
Date d'inscription : 09/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Mar 4 Sep à 1:08

Merci Jerôme...tu ne nous avais pas tout montré, parceque là, j'en reste vraiment baba ...
la première me fait penser à Dire Straits, "Brothers in Arms" .
Une star à sa façon, est sublime...ça noue à la gorge...
merci Jerôme, c'est très beau ! bravo cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tidgi
Je l'aime à mourir
avatar

Nombre de messages : 1310
Age : 53
Localisation : Tarnos (40) originaire Astaffort
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Mar 4 Sep à 11:39

merci de penser à ceux du forum !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tidgi.skyblog.com
Ann
Dormir debout
avatar

Nombre de messages : 1133
Age : 56
Localisation : ville de Québec
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   Mar 4 Sep à 14:10

cheers merci Jérôme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jerôme, notre conteur d'histoires...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jerôme, notre conteur d'histoires...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blog BF Notre Dame des Paludiers
» Requiem de Mozart à la Basilique Notre-Dame de Montréal
» Ecole de Notre-Dame (1160-1250)
» Histoires de vampires
» 2010-10-12 - ROBILLIARD - Notre-Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Francis Cabrel :: Détente :: Les talents cachés-
Sauter vers: